Ostéopathie du sport Annecy

Optimisation

Le sportif, dans son activité impose à son organisme des contraintes mécaniques dont il sous-estime la plupart du temps les répercussions et à terme, elle potentialise le risque de blessure d’une articulation par le déclenchement de pathologies d’hyper sollicitations (tendinopathie, entorse, fracture de fatigue, arthropathie, dysfonctionnement de la cinématique articulaire).

Les risques : Apparition de douleurs, de gênes fonctionnelles, la contre-performance, l’arrêt de l’activité.

Quand : Pendant la saison sportive, lors de compétition, de stage intensif.

Intérêts : L’analyse des facteurs de contraintes mécaniques par un diagnostic spécifique de l’appareil locomoteur et de la posture.

Optimisation de la préparation physique et du geste technique.
Optimisation du référentiel postural ainsi que ses stratégies d’adaptation et de compensation aux mouvements.

Objectifs communs (sportif, club, ostéopathe) : faciliter l’apprentissage, optimiser le geste technique, augmenter les capacités intrinsèques de force, vitesse, souplesse, coordination et d’équilibre…

Prévention et traitement

Quand ?
Après un traumatisme récent ou ancien, une chute, une douleur. Le diagnostic spécifique ostéopathique détermine les répercussions de la blessure et l’origine de la douleur.

Comment ?
Par des techniques exclusivement manuelles adaptées à la nature du traumatisme et du patient. Parfois par l’utilisation de bande élastique adhésive pour protéger une articulation instable ou en cours de cicatrisation.

Objectifs et spécificités :
Lors d’une tendinite, entorse bénigne, lombalgie, douleur d’épaule, séquelle de fracture…

Réduire les contraintes mécaniques s’exerçant sur l’articulation afin de traiter la douleur et limiter les risques de complications et de dégénérescence précoce.

Réduire certains effets néfastes de la douleur et de l’inflammatoire par des techniques spécifiques.

Diminuer les risques d’une attitude antalgique vicieuse et ainsi enrayer la pérennisation d’une sensation douloureuse.

Amender les troubles d’instabilité proprioceptive et les phénomènes de compensation.

Optimiser et renforcer la dynamique du mouvement selon le référentiel postural du sportif.

Conclusion
Chaque athlète connaît un facteur limitant sa performance, il peut s’agir d’un déficit de force d’une articulation, d’un antécédent traumatique mal soigné. Or c’est ce maillon le plus faible qui détermine toute la réaction.